平顺| 江陵| 台前| 鄂托克前旗| 衡东| 弋阳| 鄂托克前旗| 秀屿| 旬阳| 盱眙| 开化| 姚安| 天门| 遂溪| 万载| 临清| 黄梅| 勉县| 九龙| 定陶| 小河| 峨眉山| 肇源| 威宁| 洮南| 林芝县| 阿巴嘎旗| 枣强| 防城区| 赣县| 阿城| 库车| 调兵山| 横峰| 浦口| 防城区| 涟源| 同江| 察哈尔右翼前旗| 武功| 获嘉| 高台| 长白山| 垦利| 泊头| 高县| 天水| 汉口| 夷陵| 浦北| 蒲县| 赵县| 卢氏| 涿鹿| 大方| 曹县| 将乐| 景洪| 山西| 兴安| 同江| 弓长岭| 南平| 拜城| 土默特右旗| 德钦| 台儿庄| 杨凌| 敖汉旗| 龙岩| 丰都| 云南| 小金| 张家口| 格尔木| 南安| 江西| 西吉| 隆回| 乌拉特中旗| 芮城| 沅陵| 江城| 花垣| 融水| 阜新市| 五家渠| 任县| 成都| 鲅鱼圈| 汉中| 霍邱| 永新| 君山| 阳谷| 关岭| 旬邑| 新安| 鼎湖| 茶陵| 安乡| 玉龙| 隆回| 故城| 宜兴| 洱源| 沂源| 西林| 隰县| 图木舒克| 互助| 凤县| 旌德| 肃北| 酉阳| 兴仁| 习水| 光泽| 镶黄旗| 淳化| 湘乡| 梁山| 鼎湖| 修文| 宽城| 阜阳| 富平| 南票| 北安| 昭觉| 大通| 临邑| 松原| 南海镇| 新竹县| 阳原| 西盟| 闻喜| 山西| 临汾| 忻州| 宽城| 巴林左旗| 武功| 蓟县| 日喀则| 霍邱| 乌拉特中旗| 牟平| 万荣| 吉安市| 双桥| 宁海| 宁夏| 秀屿| 平塘| 冀州| 汾西| 怀集| 金州| 道真| 神农顶| 屏边| 保靖| 马关| 基隆| 达尔罕茂明安联合旗| 内乡| 闽清| 张家界| 定兴| 赣县| 弥渡| 沧县| 滦平| 当涂| 霞浦| 囊谦| 茶陵| 东山| 建湖| 墨脱| 资溪| 江陵| 印江| 馆陶| 塔河| 师宗| 左权| 乐都| 奇台| 曹县| 乡城| 黎川| 成都| 融水| 临沭| 洛隆| 行唐| 临桂| 平谷| 阿荣旗| 温宿| 禹城| 武都| 宝兴| 荔波| 三河| 呈贡| 理塘| 石柱| 竹山| 珠穆朗玛峰| 旅顺口| 旬邑| 谷城| 罗江| 铁岭县| 汉沽| 新乡| 永寿| 长寿| 和硕| 井陉矿| 麻栗坡| 徐水| 沈阳| 遂昌| 翁源| 新余| 屏山| 克东| 巨野| 沧源| 瓦房店| 麟游| 磴口| 莎车| 安泽| 黎城| 白河| 建始| 宁城| 田林| 察哈尔右翼前旗| 安康| 建湖| 蓬溪| 罗源| 莎车| 陵水| 元阳| 察哈尔右翼前旗| 汤原| 罗江| 荔浦| 涿州| 尖扎| 富裕| 西峡| 保康| 托克逊| 崂山| 松原| 百度

浙江政务服务网(丽水市莲都区万象街道) 厦河门社区

2019-05-25 03:46 来源:中国发展网

  浙江政务服务网(丽水市莲都区万象街道) 厦河门社区

  百度平时也可以用肉桂煮粥、泡茶。5分钟简易眼部熏蒸。

邻苯二甲酸酯是一种增塑剂,主要用于聚氯乙烯(PVC)材料,它可以让硬塑胶变得柔软有弹性。建议糖友以餐后运动为宜,并避开药物作用高峰期。

  但行房时,临时服用西地那非并不能立刻发挥药效,该药服用后需要1小时左右才能达到最高血药浓度,此时勃起状况最好。男性脱发常与雄性激素过量分泌或过度刺激毛囊有关。

  而谷物和肉类是导致邻苯二甲酸酯溶出的最重要贡献者,用快餐盒盛装米饭、面条或肉类风险更高。违者本报将依法追究法律责任。

违者本报将依法追究法律责任。

  据美国农业部的数据分析显示,常见的食物做熟后维生素损失量大约只为10%~25%。

  中医治癌两个最常见杨国旺告诉《生命时报》记者,临床上,他会遇到两个最常见。▲

  ▲

  并任首届上海市医药青年联合会委员,上海市科委科技奖励评审专家。去年中国卒中协会发布的《中国卒中流行报告》显示,脑卒中已经成为我国居民的第一位死亡原因,同时也是单病种致残率最高的疾病。

  第三个是肿瘤的晚期阶段,中医药在延长生命、改善生活质量方面有一定优势。

  百度在高温下,部分植物油产生的有毒致癌物质可能还更多。

  自然界里有300多种植物分泌芳香的杀菌素,其中80%是对人体健康有益的。水果熟吃可以促进胡萝卜素的吸收。

  百度 百度 百度

  浙江政务服务网(丽水市莲都区万象街道) 厦河门社区

 
责编:
french.xinhuanet.com
 

浙江政务服务网(丽水市莲都区万象街道) 厦河门社区

                 French.xinhuanet.com | Publié le 2019-05-25 à 15:42
百度 负责或参与30项科研项目,其中负责国家自然科学基金项目1项、科技部项目3项、国家体育总局项目1项、联合国儿童基金会项目4项、世界卫生组织项目2项、国际原子能机构项目2项  。


(Xinhua/Pan Siwei)

Par Chen Junxia

BEIJING, 4 mai (Xinhua) -- Autrefois tributaires de l'aide financière, les pays africains sont en train de forger un nouveau modèle de coopération économique avec la Chine, centré sur les investissements et les échanges commerciaux. Un modèle plus sain qui a des retombées positives pour les populations locales et donne un nouvel élan au développement des pays africains.

"Depuis le sommet du Forum sur la coopération sino-africaine (FCSA) tenu à Johannesburg en décembre 2015, de plus en plus d'entreprises et d'instituts financiers chinois investissant ou offrant des services financiers en Afrique jouent à présent un r?le important dans la coopération économique sino-africaine", explique Lin Songtian, directeur du département des Affaires africaines du ministère chinois des Affaires étrangères, dans une interview exclusive accordée à Xinhua.

Ainsi, la République du Congo est considérée comme un "pays exemplaire" de la coopération sino-africaine, les deux nations ayant collaboré de manière fructueuse dans des domaines tels que les zones économiques, la finance et l'industrie aéronautique.

Parmi les partenaires du Congo qui participent à la mise en place des zones économiques spéciales, la Chine a apporté une contribution inédite. Particulièrement intéressée par la zone économique spéciale de Pointe-Noire, capitale économique et plaque tournante du pétrole du pays, la China Overseas Infrastructure Development and Investment Corporation (COIDIC) y multiplie les missions, dont la dernière date du 7 avril dernier. Cette zone propose des activités aussi vastes et diversifiées que le raffinage des produits du pétrole, les produits chimiques, les métaux, l'industrie des produits alimentaires et des boissons, les minéraux non métalliques, le bois, le papier et ses produits dérivés, les produits en plastique, l'imprimerie et l'édition, l'installation et la réparation des machines, le tourisme, la recherche et les services financiers.

Lin Songtian y voit l'émergence d'une "zone économique moderne, à travers laquelle les pays africains verront la sincérité de la Chine". Une vision positive que partage He Wenping, chercheuse à l'Académie chinoise des sciences sociales et spécialiste des questions africaines, qui estime pour sa part que "l'expérience fructueuse de la Chine permettra à Pointe-Noire de devenir une zone économique spéciale de premier plan en Afrique".

Selon le ministre congolais des Zones économiques spéciales, Alain Akouala Atipault, il ne s'agit "ni d'un don, ni d'un prêt, mais d'un investissement direct ouvert à d'autres pays du monde".

Dans le secteur aéronautique, le gouvernement congolais se tourne également de plus en plus vers les fabricants chinois, notamment la Commercial Aircraft Corporation of China (COMAC), pour doter la compagnie nationale, Air Congo, de petits porteurs capables de desservir la dizaine d'aéroports de classe B construits à l'intérieur du pays. Selon le ministère chinois des Affaires étrangères, le Congo va acquérir trois nouveaux aéronefs chinois de type ARJ21 capables de transporter 70 à 90 passagers.

Dans la finance, la Banque sino-congolaise pour l'Afrique (BSCA), sise à Brazzaville, s'était dotée d'un fonds de 220 millions de dollars américains en octobre 2016 et projetait d'ouvrir une succursale dans la ville de Pointe-Noire en 2017.

L'Ethiopie est un autre pays exemplaire de la coopération sino-africaine. La société chinoise Huajian, spécialisée dans la fabrication de chaussures haut de gamme, a commencé à construire en 2012 une usine de fabrication de chaussures à Addis Abeba. En 2016, l'atelier a fabriqué 2,7 millions de paires de chaussures en cuir et un million de paires de chaussures en toile, apportant ainsi des dizaines de millions de dollars à la réserve de devises éthiopienne.

Du mois d'avril 2015 jusqu'en ao?t 2016, 189 projets ont été lancés par les entreprises chinoises en Ethiopie, qui ont apporté 50 millions de dollars à la réserve de devises éthiopienne au cours de cette même période.

Au Kenya, le chemin de fer reliant Nairobi à la ville c?tière de Mombassa, symbole de la coopération sino-kenyane, sera inauguré au mois de juin. A l'ouest, la section Nairobi-Malaba, qui reliera la capitale kenyane à la frontière ougandaise, est encore en construction.

Plusieurs projets écologiques ont également été lancés dans le pays. Pour stimuler le secteur des énergies renouvelables et réduire les émissions de carbone, la Chine et le Kenya ont entamé ensemble la construction d'une centrale photovolta?que de 50 mégawatts dans le comté de Garissa (nord-est) en septembre 2016.

Selon les chiffres communiqués par le ministre chinois des Affaires étrangères, les fonds privés représentent 85% des investissements chinois au Kenya, dont 31% concernent la production, 17% les infrastructures et 15% le commerce et les transports.

En Tanzanie et en Afrique du Sud, les investissements chinois constituent une source importante d'emplois. Aujourd'hui, les entreprises chinoises ont créé 170.000 emplois en Tanzanie, et 350.000 Tanzaniens supplémentaires travaillent dans le commerce avec la Chine. En Afrique du Sud, la compagnie automobile Beijing Automotive (BAIC Group) et la Société de développement industriel du pays ont créé en ao?t 2016 une joint-venture automobile qui, avec un investissement de 800 millions de dollars américains, pourrait produire 100.000 voitures par an.

"Comme le président ougandais Yoweri Museveni l'a souligné, l'Afrique a besoin d'investissements, d'un accès aux marchés et de touristes étrangers, et pas seulement d'aides gouvernementales ou d'exportations de marchandises", indique Lin Songtian.

Selon lui, les investissements chinois en Afrique ont cumulé plus de 100 milliards de dollars américains jusqu'ici, dont 38 milliards de dollars d'investissements directs. Rien qu'en 2016, les investissements chinois hors finance ont atteint 3,3 milliards de dollars, soit une hausse de 14% par rapport à l'année précédente.

 
Vous avez une question, une remarque, des suggestions ? Contactez notre équipe de rédaction par email à xinhuanet_french@news.cn
分享
Vues aériennes d'un bourg dans l'est de la Chine
Vues aériennes d'un bourg dans l'est de la Chine
Wang Luodan pose pour un magazine
Wang Luodan pose pour un magazine
Et si vous dormiez sous une tente transparente en pleine nature?
Et si vous dormiez sous une tente transparente en pleine nature?
Célébrations du Jour de l'indépendance d'Israël à Tel Aviv
Célébrations du Jour de l'indépendance d'Isra?l à Tel Aviv
Interdiction estivale de pêche dans la province du Shandong
Interdiction estivale de pêche dans la province du Shandong
Chine : Festival des jumeaux au Yunnan
Chine : Festival des jumeaux au Yunnan
Chine : un nouveau pont ouvert à la circulation dans le sud
Chine : un nouveau pont ouvert à la circulation dans le sud
Nouvelles photos de Yang Mi
Nouvelles photos de Yang Mi
Retour en haut de la page

(REGARDS DE CHINE) Un nouveau modèle de coopération sino-africaine pour renforcer la capacité de production du continent

French.xinhuanet.com | Publié le 2019-05-25 à 15:42


(Xinhua/Pan Siwei)

Par Chen Junxia

BEIJING, 4 mai (Xinhua) -- Autrefois tributaires de l'aide financière, les pays africains sont en train de forger un nouveau modèle de coopération économique avec la Chine, centré sur les investissements et les échanges commerciaux. Un modèle plus sain qui a des retombées positives pour les populations locales et donne un nouvel élan au développement des pays africains.

"Depuis le sommet du Forum sur la coopération sino-africaine (FCSA) tenu à Johannesburg en décembre 2015, de plus en plus d'entreprises et d'instituts financiers chinois investissant ou offrant des services financiers en Afrique jouent à présent un r?le important dans la coopération économique sino-africaine", explique Lin Songtian, directeur du département des Affaires africaines du ministère chinois des Affaires étrangères, dans une interview exclusive accordée à Xinhua.

Ainsi, la République du Congo est considérée comme un "pays exemplaire" de la coopération sino-africaine, les deux nations ayant collaboré de manière fructueuse dans des domaines tels que les zones économiques, la finance et l'industrie aéronautique.

Parmi les partenaires du Congo qui participent à la mise en place des zones économiques spéciales, la Chine a apporté une contribution inédite. Particulièrement intéressée par la zone économique spéciale de Pointe-Noire, capitale économique et plaque tournante du pétrole du pays, la China Overseas Infrastructure Development and Investment Corporation (COIDIC) y multiplie les missions, dont la dernière date du 7 avril dernier. Cette zone propose des activités aussi vastes et diversifiées que le raffinage des produits du pétrole, les produits chimiques, les métaux, l'industrie des produits alimentaires et des boissons, les minéraux non métalliques, le bois, le papier et ses produits dérivés, les produits en plastique, l'imprimerie et l'édition, l'installation et la réparation des machines, le tourisme, la recherche et les services financiers.

Lin Songtian y voit l'émergence d'une "zone économique moderne, à travers laquelle les pays africains verront la sincérité de la Chine". Une vision positive que partage He Wenping, chercheuse à l'Académie chinoise des sciences sociales et spécialiste des questions africaines, qui estime pour sa part que "l'expérience fructueuse de la Chine permettra à Pointe-Noire de devenir une zone économique spéciale de premier plan en Afrique".

Selon le ministre congolais des Zones économiques spéciales, Alain Akouala Atipault, il ne s'agit "ni d'un don, ni d'un prêt, mais d'un investissement direct ouvert à d'autres pays du monde".

Dans le secteur aéronautique, le gouvernement congolais se tourne également de plus en plus vers les fabricants chinois, notamment la Commercial Aircraft Corporation of China (COMAC), pour doter la compagnie nationale, Air Congo, de petits porteurs capables de desservir la dizaine d'aéroports de classe B construits à l'intérieur du pays. Selon le ministère chinois des Affaires étrangères, le Congo va acquérir trois nouveaux aéronefs chinois de type ARJ21 capables de transporter 70 à 90 passagers.

Dans la finance, la Banque sino-congolaise pour l'Afrique (BSCA), sise à Brazzaville, s'était dotée d'un fonds de 220 millions de dollars américains en octobre 2016 et projetait d'ouvrir une succursale dans la ville de Pointe-Noire en 2017.

L'Ethiopie est un autre pays exemplaire de la coopération sino-africaine. La société chinoise Huajian, spécialisée dans la fabrication de chaussures haut de gamme, a commencé à construire en 2012 une usine de fabrication de chaussures à Addis Abeba. En 2016, l'atelier a fabriqué 2,7 millions de paires de chaussures en cuir et un million de paires de chaussures en toile, apportant ainsi des dizaines de millions de dollars à la réserve de devises éthiopienne.

Du mois d'avril 2015 jusqu'en ao?t 2016, 189 projets ont été lancés par les entreprises chinoises en Ethiopie, qui ont apporté 50 millions de dollars à la réserve de devises éthiopienne au cours de cette même période.

Au Kenya, le chemin de fer reliant Nairobi à la ville c?tière de Mombassa, symbole de la coopération sino-kenyane, sera inauguré au mois de juin. A l'ouest, la section Nairobi-Malaba, qui reliera la capitale kenyane à la frontière ougandaise, est encore en construction.

Plusieurs projets écologiques ont également été lancés dans le pays. Pour stimuler le secteur des énergies renouvelables et réduire les émissions de carbone, la Chine et le Kenya ont entamé ensemble la construction d'une centrale photovolta?que de 50 mégawatts dans le comté de Garissa (nord-est) en septembre 2016.

Selon les chiffres communiqués par le ministre chinois des Affaires étrangères, les fonds privés représentent 85% des investissements chinois au Kenya, dont 31% concernent la production, 17% les infrastructures et 15% le commerce et les transports.

En Tanzanie et en Afrique du Sud, les investissements chinois constituent une source importante d'emplois. Aujourd'hui, les entreprises chinoises ont créé 170.000 emplois en Tanzanie, et 350.000 Tanzaniens supplémentaires travaillent dans le commerce avec la Chine. En Afrique du Sud, la compagnie automobile Beijing Automotive (BAIC Group) et la Société de développement industriel du pays ont créé en ao?t 2016 une joint-venture automobile qui, avec un investissement de 800 millions de dollars américains, pourrait produire 100.000 voitures par an.

"Comme le président ougandais Yoweri Museveni l'a souligné, l'Afrique a besoin d'investissements, d'un accès aux marchés et de touristes étrangers, et pas seulement d'aides gouvernementales ou d'exportations de marchandises", indique Lin Songtian.

Selon lui, les investissements chinois en Afrique ont cumulé plus de 100 milliards de dollars américains jusqu'ici, dont 38 milliards de dollars d'investissements directs. Rien qu'en 2016, les investissements chinois hors finance ont atteint 3,3 milliards de dollars, soit une hausse de 14% par rapport à l'année précédente.

On recommande | Plus de photos

010020070770000000000000011107421362567671
技术支持:赢天下导航